Heritage Logo

Un conseiller local succombe à une pandémie : la grippe espagnole et la mort du capitaine Douglas Weir

Jeff Packard
Douglas Weir était le grand-oncle de Jeff.


En 1912, Douglas Weir, alors âgé de 29 ans, et son père, Robert Stanley Weir, ont acheté conjointement une ferme dans la région de Cedarville, sur le domaine de feu George Hall. Douglas avait étudié la microbiologie à l'université de Toronto, puis avait fait des études de troisième cycle à Cornell et ensuite à McGill. Card of ThanksEn 1912, Douglas Weir, alors âgé de 29 ans, et son père, Robert Stanley Weir, ont acheté conjointement une ferme dans la région de Cedarville, sur le domaine de feu George Hall. Douglas avait étudié la microbiologie à l'université de Toronto, puis avait fait des études de troisième cycle à Cornell et ensuite à McGill.

Douglas Weir avait passé des étés à Cedarville depuis 1895, il connaissait donc très bien la région. Néanmoins, être poussé dans la vie d'un agriculteur à plein temps a dû être une sacrée adaptation. Il s'est progressivement impliqué dans la communauté et, en 1912, il s'est présenté et a obtenu un siège de conseiller pour le canton de Stanstead (Ogden n'a vu le jour qu'en 1932).



Voici l'histoire de sa mort, due à la grippe espagnole, 13 heures seulement après que les canons se soient tus sur le front occidental en 1918.

Douglas Weir est arrivé en Angleterre le 5 juillet 1916, faisant partie d'un autre contingent de soldats canadiens, le 4th Divisional Train du Canadian Army Service Corps (CASC). Il a débarqué du HMS Olympic (navire jumeau du Titanic) et le lendemain, Forestry Badgeil est entré en service dans la division des transports (CASC TD), et a été rapidement transféré au dépôt n°3 de Whitley, à environ 60 km à l'ouest de Londres. Par la suite, le 27 août, Douglas a été transféré au CASC TD à Shorncliffe. Son rôle changea ensuite de manière assez marquée car le 9 septembre, il fut transféré du CASC au Corps forestier canadien (CFC), une branche tout à fait distincte du CEF. On ne sait toujours pas si cela résulte d'un besoin, d'une opportunité ou d'une demande, mais Douglas passera le reste de ses jours au sein du CFC. Dans la vie civile, Douglas et son père Robert s'étaient tous deux intéressés à la sylviculture, et tous deux avaient rejoint l'Association forestière canadienne en 1903. Il est tout à fait raisonnable de penser que cet intérêt du jeune Weir, a joué un rôle dans son placement. Ce qui aurait pu être plus pertinent, c'est l'expertise de Douglas en matière de logistique et d'approvisionnement.

Il s'était engagé dès octobre 1914, mais n'a été appelé qu'en mars 1915, lorsqu'il a rejoint le Corps d'armée canadien, et a été chargé de l'approvisionnement dans le district militaire n° 5 (Québec, y compris Valcartier), et était en outre instructeur en logistique pour les officiers subalternes à l'école d'instruction de l'ACCS. En mars 1916, Douglas se porte volontaire pour aller outre-mer.

Le Corps forestier canadien a été créé au début de 1916, à la demande du Cabinet de guerre impérial, afin d'obtenir dans les forêts restantes de Grande-Bretagne et de France la grande quantité de bois nécessaire pour soutenir l'effort de guerre1. En récoltant le bois en Europe, cela a permis de libérer les navires partant du Canada et d'assurer le blocus des sous-marins allemands, afin de transporter des fournitures encore plus urgentes et moins encombrantes, comme la nourriture et les munitions. Les premières unités sont arrivées en Angleterre à la fin du mois d'avril 1916.

Douglas Weir n'a jamais mis les pieds en France, et a passé la majeure partie de la guerre au quartier général du CFC à Londres, en tant que forestier en chef et officier responsable de la Direction des forêts et de la production alimentaire.

____________________

1Les revêtements de tranchées, les tranchées-abris, les caillebotis (tapis de tranchées), les ponts et les traverses de chemin de fer pour les vastes systèmes d'approvisionnement des chemins de fer à petit gabarit, tout cela a nécessité d'énormes volumes de bois de sciage.



Cependant, le 21 février 1918, Douglas fut affecté à Stirling, en Écosse, pour travailler dans le 55e district du Service forestier canadien, en tant qu'officier des transports, et il resta à ce poste jusqu'à la fin de la guerre. Il est intéressant de noter qu'au début de 1918, on lui avait offert un congé canadien de trois mois, mais il a refusé. Il est clair que son sens du devoir et son désir de rester relativement proche de Wilmot et de leur fils de 18 mois, ont été des facteurs importants dans sa décision.

Le 55e district comprenait à peu près la moitié sud de l'Écosse, et était l'un des cinq districts de Grande-Bretagne. Un 6e district (le 56e) n'avait aucune contrainte géographique mais était chargé de nettoyer et de construire des aérodromes en Grande-Bretagne pour contrer la menace des zeppelins. Le 55e District comprenait un total de sept compagnies (~1400 hommes) du 224e Bataillon. En général, l'état-major du district était dirigé par un colonel, le commandant en second ayant le grade de major et l'adjudant celui de capitaine ; il y avait également un quartier-maître (capitaine honoraire), un officier de transport (capitaine) et un officier de mess (lieutenant), avec les assistants nécessaires. Le personnel du quartier général du district de Stirling, qui aurait inclus Douglas, ne comprenait que trois officiers, plus 29 autres grades du Corps forestier canadien, et cinq du Corps d'armée canadien. Le quartier général lui-même avait été établi en novembre 1917, et était logé dans une grande résidence privée qui avait été reprise par le War Office. Les opérations dans la zone générale qui allait devenir le District 55 avaient commencé dès juin 1916, mais la plupart des travaux de bois dans le district avaient été effectués pendant la période 1917-1918 (voir la carte en haut).


Les officiers et les hommes du quartier général étaient logés dans la ville de Stirling et, selon le récit de Bird et Davies (1919), auraient eu "les plus agréables souvenirs de l'hospitalité et de la courtoisie des habitants. "En effet, l'hospitalité était si agréable dans tout le district, qu'au sein d'une même compagnie (environ 200 hommes), 27 épouses écossaises ont été trouvées par les hommes au cours d'une année. Douglas n'était manifestement pas l'exception, il avait seulement trouvé sa fiancée écossaise (Wilmot) à Londres !

Les activités d'exploitation forestière dans le district 55 étaient très étendues, de Nethy Bridge au nord à Kilkerran au sud-ouest, et étant donné les indemnités de déplacement réclamées par Douglas chaque mois, son poste d'officier de transport nécessitait des déplacements considérables.

On ne sait pas si Wilmot et Ian sont restés à Londres ou ont déménagé en Écosse, mais je soupçonne qu'ils sont restés à Londres ou, plus probablement, ont déménagé à Colinton Village (aujourd'hui une banlieue d'Édimbourg) où Wilmot avait de la famille. Stirling à Colinton n'aurait pas été un trajet quotidien. Pendant son séjour à Stirling, Douglas a reçu une subvention mensuelle de 30 dollars, qui lui a probablement permis de payer son billet.

Comparé au carnage incompréhensible sur le front occidental, en particulier pour le CEF au cours des cent derniers jours, être en Écosse en 1918 était un endroit décidément sûr pour un soldat. Des appels ont été lancés au CFC pour qu'il fournisse des remplaçants d'infanterie aux divisions combattantes du CEF, en particulier à la suite de l'offensive allemande du printemps (mars 1918). ".... en avril 1918, une demande a été faite au Corps pour 500 hommes pour l'infanterie. Des volontaires furent demandés, et le nombre offert dépassa de loin la demande. Au total, le Corps envoya aux bataillons 1 270 hommes. "Bird et Davies (1919, p. 13). On peut se demander si Douglas a envisagé une telle option. Quoi qu'il en soit, la mort devait le trouver, non pas par un éclat d'obus, un gaz ou une balle, mais par une maladie mortelle.

Vers le 2 novembre 1918, Douglas a développé une forte fièvre persistante. Son état ne s'améliorant pas, il fut admis dans l'après-midi du 8 novembre au Second Hôpital général écossais du district de Craigleath, dans la partie nord d'Édimbourg.

Il avait une forte fièvre mais se plaignait surtout de douleurs à la tête et au dos. Sa fièvre ne diminuait pas, malgré des traitements de stimulants2 et l'inhalation d'oxygène. Le 9 novembre, sa température est montée à 105,8o, son malaise s'est déplacé vers la poitrine et il a développé une pneumonie. À minuit, il a sombré dans le délire et son état s'est aggravé. Il mourut à minuit et demi le 12 novembre, treize heures et demie après que les canons se soient finalement tus pendant la Grande Guerre. Officiellement, Douglas est mort d'une pneumonie suite à une grippe. Cette souche spécifique du virus de la grippe A est devenue mondialement tristement célèbre sous le nom de grippe espagnole.

De manière quelque peu contre-intuitive, la grippe a attaqué en particulier les jeunes hommes en bonne santé. Seul un sur dix en est mort, mais la maladie était si virulente qu'au moment où l'épidémie s'est atténuée, plus de 22 000 Écossais avaient péri. Le nombre de décès dans le monde est absolument stupéfiant, avec des estimations allant jusqu'à 100 millions de morts. En Europe et en Amérique du Nord, la pandémie s'est déclenchée en trois vagues, la deuxième étant la plus meurtrière.

____________________

2Comme nous avons des copies des dossiers médicaux, nous pouvons voir que le personnel a certainement essayé de nombreuses choses, notamment : la digitaline, l'héroïne et le cognac

3Qui à son tour a été construit sur le site de la bien plus ancienne Poorhouse de St Cuthbert's Lane.

4A.R. Butler et J.L. Hogg 2007 Exploring Scotland's influenza pandemic of 1918-19 : tâchons d'oublier. Collège royal des médecins d'Édimbourg.



La raison pour laquelle la pandémie a frappé les adultes dans la fleur de l'âge de manière disproportionnée (par rapport aux autres grippes) a fait l'objet de nombreux débats.

L'opinion la plus répandue est qu'elle était due, ironiquement, au fait que leur système immunitaire était trop robuste. Chez les enfants, la réponse immunitaire était faible en raison de leur immaturité, et chez les personnes âgées, elle était relativement faible en raison de la dégradation. Chez les jeunes adultes en bonne santé, la réponse à ce nouveau virus a été trop vigoureuse, déclenchant une tempête de cytokines5, qui a conduit à une hyperinflammation, entraînant la fermeture d'organes critiques et la noyade du patient dans ses propres fluides. En bref, la guérison du corps était pire que le virus lui-même.

____________________

5Les cytokines sont de petites protéines libérées par de nombreuses cellules différentes de l'organisme, y compris celles du système immunitaire où elles coordonnent la réponse de l'organisme contre l'infection et déclenchent l'inflammation. Parfois, la réponse de l'organisme à l'infection peut être excessive. Chez certains patients, des niveaux excessifs ou incontrôlés de cytokines sont libérés qui activent alors davantage de cellules immunitaires, entraînant une hyperinflammation. Cela peut gravement nuire au patient, voire le tuer.



Douglas a lutté contre la maladie pendant environ 10 jours, dont 3½ ont été passés à l'hôpital. Beaucoup d'autres sont morts plus rapidement, souvent en un seul jour.

Il n'existe pas de documents facilement accessibles qui pourraient indiquer combien de membres du personnel du CFC en Écosse ont contracté la maladie ou en sont morts. Une recherche diligente pourrait mettre ces chiffres en lumière.

A titre anecdotique, nous savons certainement qu'il y a eu d'autres décès, en effet, étant donné la nature étendue de la pandémie en Écosse, il ne pouvait y avoir d'autre possibilité.

Dans l'histoire officielle du CFC, la pandémie n'est pas abordée, à l'exception du commentaire énigmatique suivant dans la section consacrée aux services médicaux du Corp ".... Dans l'ensemble, la santé des hommes a été très bonne, compte tenu de l'épidémie de grippe." (Bird et Davies ; 1919, p. 32)

Nous savons que Wilmot, la femme de Douglas, était à son chevet quand il est mort. Il a été enterré au cimetière de Comely Bank, juste à l'ouest du centre d'Edimbourg, le 17 novembre, tragiquement deux ans après son mariage avec Wilmot Gow.



De retour à Montréal, la maison Weir a dû être dévastée, victime d'une plaisanterie extraordinairement cruelle. Leur fils aîné bien-aimé avait été épargné par les combats, il n'était même pas arrivé en France (un important contingent de ses collègues du CFC y était stationné).

Ils n'avaient pas été informés par télégramme qu'il était malade ou hospitalisé. La nouvelle enthousiaste que l'armistice avait été signé aurait inondé les journaux les 11 et 12 novembre. La jubilation régnait, le massacre était enfin terminé et les Alliés triomphants.

En fin de soirée du mercredi 13 novembre, la redoutable notification d'Ottawa est arrivée. L'heure indiquée sur le télégramme était 21 h 12 HNE et, de toute évidence, il a été envoyé par messager aux Weirs à 21 h 26, j'imagine qu'il est arrivé dans la demi-heure qui a suivi sur le pas de leur porte, au numéro 96 du boulevard Westmount.

La nouvelle a été brutalement émoussée et entièrement cryptée. Sans aucun doute, des enquêtes ont été menées et des télégrammes ont été envoyés. Jusqu'à ce que les réponses arrivent, les Weirs, dans leur chagrin, ne pouvaient que spéculer. Le matin du 14, une délégation de l'église St. Andrew's d'Ahuntsic, ignorant la nouvelle, arriva aux Weirs. Robert devait présenter ce soir-là à leur église deux médailles qui avaient sauvé des vies (les deux récipiendaires avaient apparemment sauvé la vie de deux enfants lors d'un pique-nique à l'église l'été précédent). La délégation de l'église a trouvé le Dr Weir avec le télégramme dans ses mains. Avec délicatesse, l'un des délégués a présenté ses sincères condoléances et a dit "Je suppose que vous ne vous soucierez pas d'être présent", ce à quoi Robert a répondu "Je serai là. Mon garçon est mort en faisant son devoir, et le moins que je puisse faire est sûrement de faire le mien".

Il est probable qu'un membre de la délégation de l'Église a informé la presse, car plus tard dans la journée, au moins deux journaux ont fait des recherches. Les Weir ignoraient encore totalement les circonstances de la mort de leur fils, et Robert fut ému de spéculer que "le grand fardeau du travail avait informé le capitaine Weir, et qu'il avait été victime d'une dépression nerveuse.” 6

Le 15 au matin, les Weirs ont reçu un second télégramme du directeur des archives (ministère de la Défense), répondant vraisemblablement à des demandes d'éclaircissement venant de Montréal. Il semble qu'eux aussi étaient encore dans l'ignorance, mais ils ont indiqué que dès qu'ils auraient connaissance des détails de la mort du capitaine Weir, ils en informeraient la famille Weir.

Enfin, le 18 novembre, Wilmot a envoyé un court télégramme indiquant que la cause du décès était la grippe et demandant à RSW de venir en Écosse pour l'aider.7

La soeur et le beau-frère de Douglas se trouvaient alors dans le sud de l'Angleterre, et le docteur Jim Goodall faisait partie du Corps médical de l'armée canadienne. Lui aussi avait souffert de la grippe à peu près au même moment, mais était sorti de l'autre côté. Il semblerait qu'ils aient appris la mort de Douglas, peut-être par Wilmot ou peut-être par les collègues de Goodall, le 19 novembre. Ils ne savaient pas que les Weirs avaient été informés de sa mort, et ils ont donc envoyé un télégramme à la famille Douglas de la rue Ste Famille à Montréal, afin que quelqu'un de la famille proche puisse annoncer la terrible nouvelle à Bert et Gertie - mais bien sûr ils le savaient depuis 6 jours. Il est quelque peu surprenant que les Weir n'aient pas immédiatement envoyé un télégramme à leur fille Béatrice à Folkstone, en Angleterre, le 13, mais vu la fin de la guerre, cela aurait peut-être été tout simplement impossible.8

Gertie, au moins, a peut-être trouvé un peu de réconfort dans le fait qu'elle était arrivée en Angleterre en 19169 pour voir sa couvée, et il ne fait aucun doute que Douglas et sa nouvelle femme étaient les visites les plus prioritaires. Robert Stanley ne pouvait pas se consoler de cette situation. Il ne se remit jamais complètement de la perte de son fils. Quelques années plus tard, il écrivit un poème intitulé Evensong, qui reflète de façon poignante son profond sentiment de perte.

____________________

6Cette spéculation peut sembler absurde, mais en 1906, Douglas, qui avait commencé des études supérieures à l'université Cornell, fut brusquement ramené à Montréal par sa mère Margaret en octobre parce qu'il était "malade" et n'est jamais revenu. Il a peut-être fait une dépression nerveuse à ce moment-là.

7Peut-être qu'avant le télégramme de Wilmot, les Weirs avaient entendu parler de la mort de Douglas, mais si c'est le cas, il n'y a pas d'enregistrement conservé.

8En termes modernes, les câbles transatlantiques n'avaient qu'une largeur de bande limitée, dont une grande partie était consacrée aux communications gouvernementales prioritaires. L'envoi d'un télégramme n'a peut-être pas été facile juste après l'Armistice.

9En tout, Gertie, et Wyn qui a voyagé avec elle, ont été en Grande-Bretagne pendant un peu moins d'un an, se rendant en Angleterre pendant une période de calme relatif dans les hostilités sous-marines.



Evensong RSW (publié en 1922 dans Poèmes : Early and Late)

Amen. Mes jours doivent bientôt se terminer
Et je ne vois plus le soleil,
J'entends les cloches de l'Evensong.

Que faut-il pour la prière ou la louange
Dans la dernière heure de mes journées?
Pour quoi remercier lors d'une soirée?

Oh, j'ai vu le lys et la rose;
Et comment une jeune fille grandit en douceur,
Dois-je chanter ainsi lors des soirées?

J'ai ressenti l'étrange plaisir de la musique;
Et la sorcellerie des lunes la nuit;
Dois-je les bénir au cours de la soirée?

Et j'ai apprécié, la plupart des choses ci-dessus,
Le rire des enfants, l'amour des femmes;
Dois-je les bénir au cours de la soirée?

Toutes ces voix et ces mains, qui ont pourtant disparu
Et une tombe isolée dans une terre lointaine,
Il remplira mes rêves lors des soirées.



Références

Bartlett, Cameron John Acton 2019 Yeoman of the Woods: Les opérations du Corps forestier canadien pendant la Grande Guerre 1916-1919. Thèse de maîtrise à l'Université de Calgary. 139pp.
En ligne: Yeoman of the Woods

Bird, C.W. and Davies, J.B. 1919 Le Corps forestier canadien : Sa création, son développement et ses réalisations. Imprimé par le H.M. Stationery Office, Londres. 49 p. w nombreuses illustrations
En ligne: The Canadian Forestry Corps.

Butler, A.R. and Hogg, J.L. 2007 Exploring Scotland’s influenza pandemic of 1918–19: lest we forget
J R Coll Physicians Edinb v. 37: p.362–366
En ligne: Exploring Scotland's Influenza Pandemic

Taubenberger, J.K. and Morens, D.M. 2006 1918 Influenza: the Mother of all Pandemics. Maladies infectieuses émergentes www.cdc.gov/eit Vol 12
En ligne: 1918 Influenza: the Mother of all Pandemics